mer

Parce qu'il n'est jamais simple de s'en aller,
De dire au revoir, se séparer, sans jamais savoir de quoi demain sera fait. 
Mais n'est-il pas important de s'écouter et de prendre des décisions en écho à ses besoins, ses émotions... Egoïste dirons les uns, courageuse dirons les autres, réactions multiples ne laissant jamais l'indifférence s'inscrire et s'installer. Mais au fond, c'est de moi dont il est question, l'histoire de mes tréfonds, la nécessité de ma libération.
La toxicité s'est un jour invitée dans cet environnement que je me suis toujours efforcée de protéger, de préserver,
Frappée par des foudres inappropriées m'enfermant dans un univers ombragé et brumeux, 
Jusqu'à ce qu'au loin, un point scintillant, m'enveloppant dans un linge lumineux.
J'ai pu m'en extirper, décider de mettre un terme à ces violences, et d'embrasser distance.
Parce qu'il fallait y aller à fond, même si le confortable se révèle destabilisé.

             Parce que c'est mon travail que je vais quitter.