La demeure du chaos - défense de résister

Parce qu'il s'agirait de se plonger dans l'imaginaire, se laisser porter, laisser nos pensées s'apaiser,
De pouvoir transformer ces lourdeurs dans le ventre,
Que toutes les inquiétudes puissent s'envoler afin de laisser la place à l'évasion construite dans nos antres,
Garder ce que l'on appelle légèreté et s'évader.

Quelles seraient vos instants de voyages internes et de libération ?

Mon chemin s'est assombrit durant quelques années, ne me laissant que peu d'espace de respiration, que peu de place pour nourrir mes illusions car sidérée, ces nuages brumeux venaient à m'envelopper. L'angoisse n'acceptait que rarement de me quitter, jouissant de son pouvoir à m'aspirer. J'ai lutté, perdant quelques plumes à force de combattre ces autres emplis de toxicité, nous vidant de notre vitalité, de notre créativité.
Mais, mon Moi le plus profond a fini par presque me sauver. 
Je suis partie, avec fierté, la tête haute et les pieds au sol, presque bien ancrés.
Mais au fond, c'est un peu perdue et destabilisée que je m'observe. Entre manque et perte, ma place semble incorrecte.
J'ose alors re-noircir quelques pages, avec quelqu'insatisfactions, n'osant et n'arrivant à retrouver ce qui faisait de moi ce que j'étais,
Tous ces écrits qui me procuraient un sentiment de plénitude,
De doux instants de complétude. 

Parce qu'en transition, j'attends d'atterrir à la prochaine station...